wholesalejerseysi

Notre corps ne ment jamais

Mélanie Challe développe actuellement un projet mettant en relation l’image et le document sonore. Notre corps ne ment jamais propose des portraits féminins complexes et composites : chacun d’entre eux appréhende ensemble la nudité du modèle et sa parole afin de mettre en évidence les interactions existant entre corps et esprit.

L’association du portrait et du témoignage sonore permet en effet de dégager les rapports, conscients ou inconscients, entre l’intériorité de l’individu et son apparence extérieure. L’artiste, s’intéressant ici à la question de la mémoire corporelle, parvient également à dessiner en délicatesse et en filigrane les émotions de ses modèles.

S’ils mettent en scène différentes femmes, ces tirages de grands formats sont plastiquement unifiés par le même procédé de prise de vue et des compositions analogues.

Les corps féminins, en sous-vêtements, s’inscrivent tous sur un fond blanc particulièrement lumineux. L’éclairage frontal en contre-jour, altérant considérablement la netteté des contours et gommant chaque détail, entraîne une distorsion des volumes et des proportions. Flous et impossibles à identifier, les corps perdent par ailleurs tout relief et apparaissent comme des silhouettes planes.

Le processus technique mis en place par l’artiste produit finalement des visions immatérielles qui ne portent plus en elles que les traces universelles de la féminité : les chevelures, les rondeurs et les courbes.

 

L’esthétique épurée et stylisée des images contraste d’une part avec le réalisme des témoignages oraux et d’autre part avec la proximité, voire l’intimité, que ceux-ci créent entre modèles et spectateurs. Les femmes, se prêtant au jeu de l’artiste, évoquent leur histoire corporelle. Elles partagent quelques réflexions personnelles sur la nature des rapports entre leur esprit, leur vécu et leur enveloppe charnelle.

Loin des stéréotypes féminins déterminés socialement et culturellement, les images de Mélanie Challe dévoilent les femmes sans les conditionner. Ainsi mis en lumière, les corps n’en sont que plus dissimulés : une incitation à aller au-delà des apparences et des premières impressions parfois erronées. C’est ce que traduit également le décalage entre le traitement des images et le contenu des enregistrements sonores.

Grâce au témoignage, les silhouettes irréelles et éthérées de ces femmes, presque abstraites au premier abord, prennent alors corps pour devenir des individualités à part entière.

 

Marine Rochard

 

 

Copyrights ® 2015 Mélanie Challe

Back to top ↑