wholesalejerseysi

Dans la solitude de Paris

 

Comme dans chaque mégalopole, on retrouve une solitude grandissante loin des images grouillantes d’individus pressés courant après le temps qui passe. A l’heure de la mondialisation, le rapport à notre culture et à notre identité est de plus en plus compliqué. Ainsi s’oppose à l’effet de foule un manque de cohésion sociale et d’écoute. L’individu, pris dans ce mouvement de masse, n’a plus sa place.
A travers cette série traitée en Noir & Blanc pour symboliser l’intemporalité de Paris, Mélanie Challe nous transmet sa mélancolie et son désir de rejeter le conformisme des vies urbaines. Retourner au cœur de Paris, c’est une façon de renouer avec nos cinq sens. S’inspirer de la poésie, c’est une quête de soi-même, une délivrance.

 

Cette série m’a été inspirée par le poème “A une passante” de Charles Baudelaire

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d’une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l’ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?

Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

personnal
Comments are closed.

Copyrights ® 2015 Mélanie Challe

Back to top ↑